Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Child's Play - La Poupée Du Mal

Écrit par Monsieur Popcorn le .

Reboot déjà désavoué de son créateur originel Don Mancini, cette nouvelle version de Chucky est-elle réellement défectueuse ?
 
Andy est un garçon qui ne sait pas se faire d’amis. Sa mère cherche à lui faire plaisir en lui offrant un Buddi, une poupée ultra connectée. Malheureusement, ce dernier est défectueux et va plonger Andy dans une crainte de plus en plus forte.
 
Il est sûr que les fans avérés de Chucky risquent de grincer des dents en voyant ce qui a changé par rapport à la saga originale et son postulat d’origine. En effet, bien qu’il y ait quelques points conservés comme les noms, beaucoup de choses ont été modifiées et il est évident que cela va faire râler. Mais d’un autre côté, on pourra apprécier de ne pas avoir joué la carte du simple copier-coller assez facile et d’avoir voulu ancrer cette version un peu plus dans une époque bardée par la technologie, tel un épisode de Black Mirror avec plus de gore (ce qui devrait ravir les fans d’hémoglobine).
 
En partant dans une autre direction, le film de Lars Klevberg se permet d’aborder d’autres thématiques que le Jeu d’Enfant original. Dans le long-métrage de Tom Holland, la peur se nourrissait de plusieurs tabous ancrés dans les rapports conflictuels entre adultes et enfants ainsi que la manière dont le regard dit « rationnel » tombait petit à petit dans l’incrédulité de l’origine de la menace. Ici, on peut y voir une forme de capitalisme se retournant envers un schéma familial déjà en souffrance ainsi qu’une manière d’appréhender les relations toxiques avec ce qui devrait être le lien le plus fort et doux du monde : l’enfant et son jouet.
 
S’il n’a pas autant de maîtrise que Tom Holland, Klevberg gère à souhait ses effets et procure beaucoup d’amusement dans les mises à mort ainsi que dans un climax assez plaisant. On notera que le nouveau look de Chucky procure des sentiments opposés nourrissant les sentiments que l’on peut éprouver envers celui-ci. Et si l’on apprécie de sentir la présence animatronique de la poupée, on regrette une construction narrative assez simple et tombant par moments dans la facilité, malgré quelques instants assez grinçants par le mordant de son humour.
 
Ce Child’s Play nouvelle génération est en cela une bonne série B assez appréciable et profitant des changements effectués pour avoir sa propre identité et permettre à Mancini de faire prospérer sa saga à sa manière. Sans doute pas le jouet de l’année mais un produit assez solide pour procurer du plaisir au public.
 
 
note3.5 

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie