Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Annabelle - La Maison Du Mal

Écrit par Monsieur Popcorn le .

Pour son troisième film, est-ce que la poupée du Conjuring Universe aura droit à un opus infernal dans le bon ou dans le mauvais sens ?
 
Mary Ellen garde la fille des Warren avec son amie Camilla. Quand cette dernière rentre dans la salle où le couple garde les objets possédés et libère accidentellement Annabelle, la soirée va être très longue…
 
S’il faut reconnaître que les deux The Conjuring ont su adopter une tournure de série B horrifique des années 70 avec un certain style, les longs-métrages dérivés ont été d’une qualité assez variable. On pense ainsi aux titres précédents uniquement concentrés sur Annabelle. D’un côté, le premier, réalisé par John R. Leonetti, s’avérait d’une médiocrité dispensable. De l’autre, la préquelle par David F. Sandberg s’avérait plus appréciable et était dotée d’un certain sens du drame bien plus prégnant. Alors que dire pour ce « Retour à la maison » ?
Il faut bien avouer qu’avoir assisté à la séance en 4DX a confirmé la recherche d’entertainment de la part du film. Loin de chercher une sensation d’horreur pure, ce troisième Annabelle est un pur train fantôme, un tour de manège que certains apprécieront et d’autres détesteront. Ainsi, ceux qui voudront payer un supplément pour découvrir le film dans ce format devraient en avoir pour leur argent car la technologie ajoute aux effets horrifiques du film et transforme la salle en attraction, ce qui ne devrait pas ravir certains puristes.
 
Mais concernant le film en lui-même, sans gadget pour accentuer sa qualité intrinsèque ? Disons-le clairement : le film est des plus perfectibles. Il y a quelques effets ratés, des points énervants comme la romance ou certaines blagues et une fois la scène d’ouverture passée, le rythme de début de métrage cherche à placer les éléments à venir avec une lenteur assez peu avenante pour le film. Il n’y a pas de recherche d’ambiance pesante, juste une certaine sensation qui alourdit la gestion du récit.
 
C’est seulement à partir du moment où Annabelle - La Maison Du Mal plonge dans l’horreur de son synopsis que le film s’envole vraiment, amenant un bestiaire assez intéressant et qui semble surtout être là pour teaser de potentiels spin-off. Il faut néanmoins reconnaître que la manière dont Gary Dauberman gère sa mise en scène est assez ludique et rappelle par moments l’amusement que l’on ressent devant les films de James Wan et sa gestion d’une réalisation en mouvement pour mieux souligner ses effets. Cela donne quelques séquences assez réussies qui devraient ravir les spectateurs venus pour du divertissement horrifique sympathique.
 
En effet, on ne peut parler d’Annabelle - La Maison Du Mal comme d’une grande œuvre de genre tant certaines errances amoindrissent l’impact global du film. Mais jamais celui-ci ne se vante être plus qu’une récréation d’épouvante qui fait son effet. L’amusement est présent et bien que l’on regrette de ne pas avoir droit à l’accomplissement total du potentiel derrière ce troisième Annabelle, on peut apprécier le bon moment passé devant sans aucune gêne.
 
 
note3

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie